Nous devons bien distinguer relation et analogie. En effet, une relation dans le cadre de notre hypothèse, implique un lien énergétique circulant de l'infiniment grand à l'infiniment petit, c'est-à-dire du système solaire à l'ADN.

Une analogie en revanche n'implique aucunement l'existence d'un échange énergétique, mais signe une possible identité de structure et de fonctionnement sous-tendue par des lois communes.

Cette distinction est fondamentale car elle oriente le regard et la réflexion dans deux directions opposées :

 

      - l'analogie renvoie au passé et au principe de Correspondance de la Tradition Hermétique ( « Ce qui est en Haut est comme ce qui est en Bas ; ce qui est en Bas est comme ce qui est en Haut, pour accomplir le miracle d'une seule chose » ) Le Kybalion.

 

      - un lien éventuel, une continuité énergétique subtile de l'infiniment grand à l'infiniment petit nous oriente vers l'avenir de la physique quantique, dans l'attente de découvertes non encore faites mais dont la théorie de l' " in-formation " d'E. Laszlo pourrait rendre compte (voir plus loin).

 

Quelle que soit la nature de cette "communication" entre macrocosme et microcosme, une organisation et une hiérarchisation des forces circulant de l'un à l'autre ou les animant séparément sont nécessaires, et nous entraînent au-delà de la matière, dans une conception énergétique de la nature et du vivant.

 

La science valide aujourd'hui cette conception énergétique en démontrant que non seulement une communication cellulaire non biochimique existe au sein des organismes vivants, mais aussi entre l'organisme et l'environnement, ce qui pour notre théorie est évidemment capital.

 

Dès lors le corps ne peut plus être seulement considéré comme un empilement d'atomes se constituant en molécules qui forment des cellules, donnant elles-mêmes des tissus qui s'assemblent en organes, le tout relié par des fonctions physiologiques et réglé par des réactions chimiques

 

Au contraire, le corps est pressenti comme un continuum où se déversent et se condensent les forces physiques de l'univers. Nous ne serions pas séparés du monde, et une anatomie subtile de liaison viendrait compléter l'anatomie physique, par l'intermédiaire de ce que la physique quantique nomme champs, et l'ésotérisme corps subtils.

 

(...)

 

Des appareils permettent aujourd'hui d'objectiver autour du corps la présence de couches distinctes et cohérentes de fréquences correspondant au spectre de la lumière et acheminant de l'énergie jusqu'à nos cellules, mais les étapes sont loin d'être lisibles malgré la finesse de la technologie.

Nous ne disposons actuellement d'aucun modèle énergétique du vivant permettant de suivre scientifiquement l'infusion, étape par étape, des forces subtiles émanant du cosmos et communiquant jusqu'à nos cellules.

 

Mais cette absence de mesure scientifique ne doit pas exclure pour autant l'existence possible de modèles non scientifiques. De nombreuses Traditions ésotériques comme l'alchimie, la kabbale ou encore l'anthroposophie pour ne citer que celles-ci, ont proposé des modèles énergétiques très complets et sophistiqués de la matière et du vivant. Nous avons dés lors le choix entre deux options :

 

      - Refuser de les considérer sur la base de leur invalidité scientifique et attendre donc les progrès de l'évolution technologique.

 

      - Accepter d'étudier ces modèles théoriques et les appliquer en observant rigoureusement les effets obtenus (voir le livre).



Retour au menu