Au secours des étrangetés quantiques et d'une réunification possible entre Science et Tradition est apparue la théorie de l'information et celle du champ A, défendue par E. Laszlo.

En effet, parmi les travaux quantiques dans tous les domaines de la science (physique, astrophysique, chimie, biologie et mathématique), ainsi que dans leur extension au domaine de la recherche sur la conscience (statistiquement étudiée avec des résultats éclairant un grand nombre de faits parapsychologiques), un ouvrage paru fin 2004 constitue une synthèse inégalée :

     

E. Laszlo, rapporteur du cercle de Budapest (groupe pluridisciplinaire d'une vingtaine de scientifiques), rend compte de sa théorie dans son fameux ouvrage Science et champ Akashique.

 

Energie, du grec energeia, signifie « force en action ». L'énergie implique donc le déplacement et la transmission d'une force dans un espace et un temps donnés. Citons par exemple l'énergie électrique, magnétique, gravitationnelle, thermique, cinétique, atomique, toutes mesurables dans les limites d'un appareillage technologique plus ou moins sophistiqué selon la nature de l'énergie considérée.

 

« L'in-formation est une connexion subtile, quasi instantanée, non évanescente et non énergétique entre des choses situées dans des lieux différents de l'espace, en différents points du temps. Dans le domaine des sciences naturelles, de telles connexions sont qualifiées de « non locales » E. Laszlo.

 

Insistons bien sur ce fait : l'énergie implique un déplacement de force dans l'espace, et du temps pour que les éléments soient mis en interaction, tandis que l'information est une transmission non énergétique, sans déplacement de force, qui transcende le temps et l'espace.

 

Les scientifiques constatent le phénomène dans des domaines aussi divers que la physique, l'astrophysique, la biologie, la biochimie et dans le domaine particulier de la recherche sur le cerveau et la conscience. Et toutes les échelles sont concernées, de l'infiniment grand des galaxies composant l'univers astrophysique, à l'infiniment petit des particules du noyau des cellules contenant notre ADN.

 

Tout cela conduit E. Laszlo à l'hypothèse incontournable d'une connexité de tous les éléments par l'intermédiaire d'un champ physique (le champ A) qui " véhiculerait ", " réveillerait " ou " transposerait " (le choix des termes est extrêmement délicat) instantanément cette information.

Ce champ relierait les éléments de la totalité cosmique quelle que soit la distance les séparant, et les mettrait en résonance instantanée, " en conjugaison " dit-on en physique, dés lors qu'un principe commun les structure ou qu'un lien les ait un jour imprégnés.

 

La terminologie " champ A " fut choisie par égard à la tradition hindouiste évoquant depuis plusieurs millénaires l'existence d'un champ Akashique. Ce champ est censé conserver la mémoire de l'univers et de tous les événements passés ou à venir, être leur origine et leur point de retour.

Les annales Akashiquesconstitueraient une mémoire universelle à laquelle l'esprit humain pourrait se connecter sous certaines conditions.


Autre aspect fondamental de cette vision traditionnelle plusieurs fois millénaire : Le champ Akashique est pour les hindouistes le support à la fois de l'information (mémoire) et de l'énergie (prana). La convergence terminologique entre Science et Tradition devient ainsi plus claire.


Retour au menu