F. A. POPPBiologie de la lumière, Bases scientifiques du rayonnement cellulaire ultra faible, éditions Marco Pietteur, collection Résurgence.


     Docteur en Physique et agrégé de Radiologie, Fritz Albert POPP « dirige l'Institut International de Biophysique à Kaiserslautern où il s'est entouré d'une équipe de haut niveau scientifique. Il poursuit ses recherches tant sur le plan fondamental que sur un plan plus pratique (détermination de la réversibilité des tumeurs malignes par le biais de l'étude de la mémoire photonique des cellules en cultures in vitro, évaluation des qualités nutritives des aliments etc.) ».

Extrait 4ème de couverture.


 

« Le professeur Fritz Albert POPP, savant de réputation mondiale (...), se trouve au cœur d'une toute récente découverte : l'émission par les cellules vivantes de rayons électromagnétiques (biophotons) ténus et cohérents. Le caractère de cohérence donne à ce rayonnement la propriété de résonance du laser et son extraordinaire pouvoir énergétique.

 

Une série d'expériences délicates, mais irréfutables, montre que cet effet laser provient d'une résonance entre les photons (d'une émission de lumière extérieure à l'organisme) et un champ électromagnétique né dans l'ADN (...) ».

Extrait de la préface du Professeur et Dr W. Nagl.

 

« Le rayonnement cellulaire ultra ténu n'est pas issu de réactions fortuites et rares de chimioluminescence (thermique), mais d'un champ porteur régulateur qui englobe constamment tout l'organisme comme un plasma directeur.

Pour cette raison, le biologiste des rayonnements V. Inyuschin parle d'un Bioplasma. De fait, toutes les propriétés électriques et magnétiques des tissus biologiques concordent de façon spectaculaire avec ce modèle plasma (...).

La biochimie perd son rôle causal. Elle n'est plus la cause de la lumière ultra-ténu, mais elle se couple elle-même au champ (physique) porteur régulateur (...).

Extrait de la Biologie de la lumière.

 

« La lumière émanant des cellules est un phénomène universel qui, malgré sa faible intensité, prend une part importante dans la compréhension des principes majeurs de l'évolution biologique ».

Extrait de l'introduction F. A. Popp.

 

« Les gènes émetteurs sont aussi récepteurs, si bien qu'une navette énergétique s'établit entre le corps vivant et le milieu extérieur. Ce dialogue de flux infiniment petits peut après un temps assez long, atteindre par effet cumulatif une fréquence critique, qui modifierait le ruban d'ADN et provoquerait ainsi la mutation d'une espèce à une autre » W. Nagl.

 

La prééminence de la physique sur la biochimie souligne, grâce aux mesures autorisées par de nouvelles générations d'appareils, le caractère fondamentalement

énergétique du vivant, ainsi que la nature lumineuse de cette énergie.

Cela a fait dire à d'autres physiciens comme P. Bobola que non seulement « la matière est de l'énergie concentrée », mais surtout de la « lumière concentrée » .

Si l'on se tourne vers l'astrophysique, on obtient la même réponse synthétique comme le souligne le Dr Londechamp :

 

«  Dans notre système solaire, tout est né du cœur du soleil : des planètes aux montagnes, aux océans, des plantes aux humains en passant par les bactéries et les virus, toutes les formes de vie sont d'essence solaire, lumineuse... ».

Extrait de l'introduction L'homme vibratoire.

 

Quelle est la nature exacte de l'information véhiculée par cette lumière ? Telle est l'une des questions fondamentales posées aussi par certains neuroscientifiques envisageant l'hypothèse d'une conscience dans l'univers - non produite par le cerveau humain - mais avec laquelle le cerveau entrerait en communication par la voie de son fonctionnement quantique.

On n'est pas très loin des grandes voies spirituelles qui des profondeurs de l'humanité nous parlent aussi abondamment de Lumière.

 

Il est intéressant de noter que ces photons émis par les organismes vivants (biophotons), étant donnée leur cohérence (de type laser), circulent sur de très grandes distances sans pertes d'information, permettant ainsi une communication au sein d'organismes d'une même espèce comme il a été maintes fois observée scientifiquement (expériences sur des végétaux).

 

Dans la mesure où le cerveau est en constante activité électrique au rythme des incessantes pensées et émotions, tout cela ouvre évidemment d'immenses perspectives à l'éventuelle compréhension de certains phénomènes paranormaux (voyance, intuition, rêves prémonitoires, magies diverses).

 

Cet ouvrage de haute tenue scientifique de F. A. Popp (de par les références permanentes à des publications et à des expériences de laboratoire) permet une compréhension indirecte mais fondamentale des processus énergétiques induits par les thérapeutiques non moléculaires comme l'homéopathie, les Fleurs de Bach, l'utilisation d'élixirs « quantiques » ou encore les méthodes d'écoute par résonance (modification des pouls en auriculo médecine).

 

Concernant l'iridologie, nous pensons que ce type de travaux scientifiques permettront demain à une iridologie photonique (ou quantique) sérieuse de voir le jour.



Retour au menu