G. HADJOLes états modifiés de conscience vus par l'électrophysionique, éditions Trédaniel.

 

    « Avec les progrès en électronique, le physicien G. Hadjo a perfectionné l'enregistrement visuel des champs d'énergie (effet Kirlian), et même d'autres champs qui permettent de cibler sur l'état psychique d'un sujet.

La pensée peut être matérialisée lors d'une électrophotographie. Cette technique électrophysionique est d'une grande originalité dans les investigations sur les modifications des états de conscience ».


Extrait 4ème de couverture.


« Le but de cette étude est d'ouvrir la voie à de nouveaux chercheurs dans le domaine de la mise en évidence, par l'image, des modifications pouvant survenir dans le psychisme. Les niveaux de conscience altérés peuvent se refléter sur un graphisme électrophotonique.

 

Si les générateurs de ces types d'appareils ont fait un grand bond en avant dans la technologie, il reste un long travail de décryptage à entreprendre pour la lecture de ces graphismes parfois mystérieux.

 

Dans le domaine médical, les bilans bioénergétiques bien établis depuis quelques années sont reconnus comme un complément d'informations pour les médecins et les thérapeutes.

Quant au côté psychologique, en interaction avec le plan physique, il devient un problème de plus en plus évident. Les spécialistes ont compris l'importance de cette analyse très préoccupante, conscients que les incidences psychosomatiques prennent le pas sur le corps physique ».

Extrait de l'introduction.



L'électrophysionique objective l'existence d'un champ hyperphysique de premier niveau à la périphérie des êtres vivants. Nous parlons personnellement d'un champ de premier niveau car l'hypothèse d'autres couches périphériques non encore objectivées par des appareils - et à même de compléter ce qui demain sera l'anatomie subtile du vivant - semble se tenir.

 

Ce champ hyperphysique de premier niveau est peut-être celui que les traditions ont nommé corps éthérique. Il constituerait le « double » ou le « moule » énergétique permettant au corps physique de se régénérer en maintenant son degré de cohérence et de cohésion alors qu'il est en permanente régénération cellulaire.

 

L'exemple suivant et l'analyse qui en est faite se passe d'autres commentaires, et l'on perçoit là à quelle point l'ignorance de ce procédé scientifique perpétue à elle seule le grand obscurantisme du règne de la matière (images et texte à paraître prochainement).



Retour au menu