E. LASZLOScience et Champ Akashique, tome I et II, éditions Ariane.


   « Il y a eu dans les années 70 Le Tao de la physique de F. Capra, un livre qui eut beaucoup de retentissement, car il montrait comment les découvertes de la physique quantique rejoignaient les grandes intuitions des spiritualités orientales au sujet de l'existence d'un vide originel faisant le lien et l'unité entre toutes les manifestations de la vie et de la matière.

Il y a maintenant la parution de ce livre : Science et Champ Akhashique, qui continue la prospection dans la même direction, en s'appuyant sur les derniers développements de la recherche scientifique en cosmologie, en physique quantique, en biologie et dans les sciences de l'esprit.

 

Toutes les recherches d'avant-gardes concordent devant la complexité toujours plus grande des phénomènes étudiés, pour faire l'hypothèse explicative d'un champ unifié sous-tendant toute la manifestation de la vie, champ qui ressemblerait à un vide très dense, plein d'énergie et riche surtout d'informations assurant la cohérence et l'interconnexion entre tous les éléments. L'auteur appelle ce champ le champ Akashique, du sanskrit akasha qui désignait l'éther, ce médium plus subtil que l'espace-temps, à la source de toute création » .

 

Dans le domaine de la santé qui nous intéresse, ce livre insiste sur les conséquences des derniers développements de la recherche scientifique sur l'esprit et la conscience humaine(...) » extrait sitepsychotherapie-integrative.com .

 

Voici ce que nous dit sur ce même site l'auteur du livre :

 

«  Dans ce livre, je traite des origines et des éléments essentiels de la vision du monde émergeant présentement à la fine pointe des sciences nouvelles.

J'examine pourquoi et comment cette vision apparaît maintenant en physique et en cosmologie, en sciences biologiques et dans le nouveau champ de la recherche sur la conscience.

Je mets ensuite en lumière la caractéristique fondamentale de cette vision émergente : la découverte révolutionnaire qu'aux racines de la réalité ne se trouve pas uniquement la matière et l'énergie, mais aussi un facteur plus subtil et tout aussi fondamental, que l'on pourrait décrire comme une information active et puissante, soit l'in-formation.

 

L'information relie tout ce qui existe dans l'univers, des atomes aux galaxies, des organismes aux esprits. Cette découverte transforme l'idée d'un monde fragmenté, qui est celle que présente la science dominante, en une vision du monde intégrale, holistique.

Elle nous fournit une vision plus complète de nous-même et du monde, une vision dont nous avons grandement besoin en cette époque de changement accéléré et de désorientation croissante » E. Laszlo.

 

Voici maintenant quelques passages de notre ouvrage Iridologie, Métaux et système solaire permettant de préciser la nuance à établir entre énergie et information, distinction à notre sens fondamentale dans la perspective d'une médecine quantique :

 

Le terme information peut sembler anodin, mais il l'est moins lorsqu'on le différencie du concept d'énergie, terme dont la sur-utilisation traduit bien l'imprécision des faits qui lui sont attribués, notamment en médecine alternative.

 

Energie, du grec energeia, signifie « force en action ». L'énergie implique donc le déplacement et la transmission d'une force dans un espace et un temps donnés. Citons par exemple l'énergie électrique, magnétique, gravitationnelle, thermique, cinétique, atomique, toutes mesurables dans les limites d'un appareillage technologique plus ou moins sophistiqué selon la nature de l'énergie considérée.

 

« L'in-formation est une connexion subtile, quasi instantanée, non évanescente et non énergétique entre des choses situées dans des lieux différents de l'espace, en différents points du temps. Dans le domaine des sciences naturelles, de telles connexions sont qualifiées de « non locales » (E. Laszlo).

 

Les scientifiques constatent le phénomène dans des domaines aussi divers que la physique, l'astrophysique, la biologie, la biochimie et dans le domaine particulier de la recherche sur le cerveau et la conscience. Et toutes les échelles sont concernées, de l'infiniment grand des galaxies composant l'univers astrophysique, à l'infiniment petit des particules du noyau des atomes de notre ADN par exemple.

 

Pourquoi ce terme  in-formation ? Parce qu'il est issu étymologiquement du latin  in signifiant endans. Il implique que le destinataire soit formé par ce qui lui est transmis, qu'il en garde l'empreinte et la mémoire, à la différence de l'énergie qui s'estompe et finit par s'effacer.

 

Comment cette mémoire informationnelle peut-elle circuler et se transmettre sans délai quelle que soit l'échelle ?

C'est à cette question que la théorie physique du champ A tente de répondre par la voix d'E. Laszlo.

 

(...) Des questions viennent immédiatement à l'esprit : l'information se déplace-t-elle où fait-elle déjà partie des éléments mis en relation ?  Si elle ne se déplace pas, quel est le socle de cette mémoire présente entre les éléments interagissant ?

 

Tout cela conduit E. Laszlo à l'hypothèse incontournable d'une connexité de tous les éléments par l'intermédiaire d'un champ physique (le champ A) qui « véhiculerait », « réveillerait » ou « transposerait » (le choix des termes est extrêmement délicat) instantanément cette information. Ce champ relierait les éléments de la totalité cosmique quelle que soit la distance les séparant, et les mettrait en résonance instantanée, « en conjugaison » dit-on en physique, dés lors qu'un principe commun les structure ou qu'un lien les ait un jour imprégnés.

 

Ce phénomène informationnel rendrait compte de bien des faits inexpliqués dans tous les domaines et conduit un nombre grandissant de scientifiques à s'interroger sur l'existence de ce que E. Laszlo nomme le  champ A.

 

Cette terminologie fut choisie par égard à la tradition hindouiste évoquant depuis plusieurs millénaires l'existence d'un champ Akashique. Ce champ est censé conserver la mémoire de l'univers et de tous les événements passés ou à venir, être leur origine et leur point de retour. Les annales Akashiques constitueraient une mémoire universelle à laquelle l'esprit humain pourrait se connecter sous certaines conditions. Autre aspect fondamental de cette vision traditionnelle plusieurs fois millénaire : Le champ Akashique est pour les hindouistes le support à la fois de l'information (mémoire) et de l'énergie (prana). La convergence terminologique entre Science et Tradition devient ainsi plus claire.

 

L'information serait cette espèce de conscience ou d'intelligence donnant une direction à l'énergie. Elle permettrait de mieux comprendre l'orientation de ces énergies vers toujours plus de complexité et de sophistication dans la nature et dans l'univers, ce qui s'avère totalement inexplicable par les seules lois de la probabilité.

 

L'ensemble des médecines non conventionnelles trouverait là matière à un début  d'explication. On ne pourrait plus les regarder comme insignifiantes lorsqu'elles prétendent en douceur « énergiser » ou « ré-informer » l'organisme sans molécules chimiques.

En effet, l'organisme serait lui-même porteur d'un principe d'ordre et de mémoire connecté aux rythmes universels, et doté d'un programme « intelligent » dépassant l'homme qui n'en serait que le dépositaire dans un but d'évolution de la matière.

 

Les médecines énergétiques et informationnelles ne feraient que réveiller ces dispositions lorsqu'elles se dérèglent. Cette évolution de l'univers et du vivant observées en science correspondrait à la notion de spiritualisation évoquée par la Tradition.

 

Le problème de la clarification des terminologies entrave la crédibilité d'une véritable approche informationnelle en médecine alternative. En effet, les termes énergie et information sont tour à tour employés sans nuance, et l'un pour l'autre très souvent.

 

L'information n'est pas une forme d'énergie.

 

Lorsque l'homéopathie parle « d'information », elle évoque le caractère non moléculaire (non pondéral) du remède, qui est en fait son empreinte énergétique subtile sous forme de fréquences électromagnétiques. Il s'agit là d'énergie et non pas d'information. Au mieux devrions- nous dire en homéopathie « information énergétique » en distinguant bien cette acception de celle d'E. Laszlo.



Retour au menu