PAPUS (Docteur G. d'Encausse), La Science des Nombres, éditions Bussière.


      En 1964, longtemps après la parution de cet ouvrage fondamental en numérologie, le magazine astres publiait ce compte-rendu :


« Parmi les œuvres de PAPUS il faut citer la Science des Nombres, l'une des études les plus complètes et les plus profondes qui, après Platon et Pythagore, ait été écrite sur les nombres considérés comme Idées et Forces, intermédiaire entre le Plan visible et le Plan invisible (...). Mais comment analyser un tel ouvrage ? On peut faire un résumé d'histoire, on ne saurait parler en quelques pages d'un volume consacré tout entier à la métaphysique des nombres, exposer utilement les relations unissant l'astrologie à l'alphabet hébreu, la correspondance des nombres avec les différents plans de l'Univers, les lois de la musique représentées par des nombres et qui, en tant que science du rythme, agit sur les rythmes physique et psychique de l'homme ».

Extrait de l'avertissement de l'ouvrage de Papus.


Concernant la numérologie en général, l'importante distinction à établir repose sur la profonde différence entre « l'étude quantitative » des nombres qui caractérise le développement des mathématiques que nous connaissons (arithmétique), et « l'étude qualitative » développée dans l'antiquité par Pythagore et Platon (arithmologie et arithmosophie, voir notre livre) après avoir été élaborée dans les écoles de mystère égyptienne dans le cadre de la Science Hermétique.

Nous sommes aujourd'hui très loin de ces bases dans la vulgarisation New Age de la numérologie.



Retour au menu