Deux autres ouvrages sont en préparation. Le premier établira le parallèle entre sciences quantiques et Hermétisme dans le cadre d'un approfondissement de l'Iridologie (études de cas et photos) et d'une application thérapeutique concrète en Naturopathie.

 

Les 7 grands Principes de l'Hermétisme seront un à un réhabilités par la physique quantique après avoir été découverts par d'autres voies il y a 3500 ans. Certains d'entre eux sont d'ailleurs déjà validés par la science comme les Lois de : VibrationPolaritéRythme et Genre. Mais nous verrons que l'Hermétisme est allé au-delà de la science quant à ses modes d'action sur la matière et sur le psychisme humain.

 

La Loi du Genre par exemple, rend compte du phénomène d'attraction/répulsion dans le monde physique et des phénomènes d'affinité en chimie.

A cet égard, l'électricité positive (ions +) et l'électricité négative (ions -) étaient symboliquement considérées par l'Hermétisme comme principe masculin (attracteur/actif) et  féminin (générateur/passif), ce dont témoigne l'observation d'une pile en physique (pôle + attracteur et pôle - générateur).

Ces éléments ont ainsi donné lieu à des représentations binaires que l'on retrouve dans toutes les Traditions spirituelles (yin et yang du Taoïsme par exemple).

 

Dans le prolongement de ce principe binaire lié à l'électricité, on trouve dans toutes les grandes Traditions des figuration ternaires (Trinité chrétienne et hindouiste, les 3 piliers de l'arbre de la Kabbale, les modes cardinauxfixes et mutables de l'astrologie etc.), reflets quant à elles des grandes lois de l'électromagnétisme (découvertes au XIX ème siècle) présidant à tous les phénomènes du monde physique et initialement symbolisées de la façon suivante par l'Hermétisme :

 

Electricité (+/masculin/actif)

 

Magnétisme (-/féminin/passif)

 

Electromagnétisme (équilibre/neutre)

 

On retrouve ces phénomènes physiques à l'œuvre dans la nature, notamment en ce qui concerne les remèdes vibratoires en médecine (ce qui précisément fonde nos travaux), et dont l'homéopathie est le point d'achoppement.

 

Nous verrons aussi l'extension de l'usage des métaux à l'ensemble des corps du Tableau périodique des éléments de Mendeleïev. Ces éléments sont disponibles pour la grande majorité en homéopathie alors que la matière médicale est muette quant à leur usage.

Nous verrons notamment comment s'articulent la valence électromagnétique et le poids atomique de ces remèdes d'un point de vue thérapeutique.

 

Nous développerons dans ce même livre la problématique des miasmes en médecine naturelle, et nous verrons comment ils sont directement liés au dysfonctionnement des plexus énergétiques (chakras), créant des barrages au processus de guérison et entretenant des tendances psychiques négatives.

 


Un autre ouvrage prendra la forme d'une matière médicale non pas organisée autour des remèdes et des symptômes qu'ils recouvrent, mais selon une classification reposant sur la théorie des Eléments et leur combinatoire (voir livre déjà paru), sur la dominante électrique positive ou négative des remèdes, ainsi que sur leur valeur électromagnétique.

 

Des analogies s'établissent ainsi entre remèdes et pathologie porteuses de ces mêmes signes.

 

Concernant les plantes, la partie utilisée est elle-même caractérisée par une dominante Elémentale (racine/Terre, tige/Eau, feuille/Air, fleur/Feu) bien que la plante dans son ensemble soit souvent dominée par un Elément particulier. Ce point justifie de ne pas utiliser toujours la plante entière afin d'obtenir une plus grande précision. On comprend par exemple beaucoup mieux que les aiguilles (feuilles/Air) de Pin (plante Feu/Mars) soit active sur la sphère broncho-pulmonaire (Air) quand la forme pathologique est une toux sèche et irritante (Feu de l'Air), l'huile essentielle de pin traduisant bien cet exemple.

 

Il est ainsi inutile d'accumuler un savoir biochimique sophistiqué (par ailleurs intéressant et à ne pas négliger) réservé aux chimistes et aux pharmacologues.

 

Cette méthode analogique, malgré son apparente complexité, a l'énorme avantage d'être accessible par le raisonnement logique et non pas par un savoir construit par la faculté de médecine ou une école de Naturopathie. En observant parallèlement une plante et un individu malade, on peut saisir leur dominante :

 

Pour la plante : équilibre racine (Terre) / tige (Eau) / feuille (Air) / fleur (Feu)

 

Pour le malade : pôle perturbé (métabolique/Terre et Eau, rythmique/Air, neurosensoriel/Feu). Comportement, teint, température (chaleur, frilosité, sueur) et ensemble des manifestations et de leur localisation.


Nous verrons d'ailleurs dans cet ouvrage que les découvertes scientifiques sur la valeur thérapeutique des composants chimiques des plantes - en fonction de la partie utilisée - ne font que recouvrir la Tradition alchimique, anthroposophique et kabbalistique qui avaient formulé cela en d'autres termes.

 

En effet, bien que nous devions à la modernité des découvertes capitales, il faut admettre que chaque époque réajuste son langage à la vision du monde générée par les profonds changements survenus. Il y a donc beaucoup de redondances reformulées autrement sous les apparentes découvertes scientifiques.

 

La médecine Hermétique et l'approfondissement que nous tentons d'y apporter ne doivent pas conduire à une complexité grandissante mais plutôt au retour à une vision unifiée des phénomènes. Ainsi est-il possible de lire pour chaque patient, chaque pathologie et chaque remède les Principes à l'oeuvre afin de prescrire selon ces Principes.

 

A cet égard l'Arbre de la Kabbale offre de grandes possibilités de compréhension de ces grands Principes parcourant la manifestation, ce que la matière médicale homéopathique moderne traduit de façon trop hétéroclite pour que tous les remèdes soient utilisables.

 

Nous pensons ainsi que la Tradition est un outil de synthèse d'une rationalité inégalée ; simplement est-il mal compris parce que notre vision du monde et notre éducation ont changé.

 

Nos classifications porteront aussi sur la diététique, sur la polarité électromagnétique des aliments (voir livre déjà paru pour l'exemple du citron et de la banane) et sur la valeur physique de cette polarité (vitesse de mouvement des couches électroniques à la périphérie du noyau des atomes constituant les molécules) traduisant la vitalité de l'aliment.

 

Ces aspects en général occultés ont une influence prépondérante sur l'équilibre acido-basique et permettent de comprendre comment un aliment acide peut devenir basique (et inversement) dans l'organisme.

 

Il existe des outils permettant d'évaluer et de classer ainsi les remèdes et les aliments afin d'obtenir une grande autonomie par rapport aux vérités contradictoires assénées par de "nouveaux régimes" revendiquant la panacée.

 

Prenons l'exemple du café qui est soit blâmé par la Naturopathie en général, soit conseillé pour maigrir car brûleur de calories:


Selon les cafés existent des différences de polarités électromagnétiques qui en transforment l'effet sur l'organisme, et qui  permettent d'affirmer que selon les types d'individus on peut en consommer, qu'il n'acidifiera pas systématiquement et qu'il n'altérera pas non plus forcément le système nerveux.

 

Dans un monde trop facilement manichéen, cette approche est exigeante car elle implique un minimum de connaissance de soi et de discernement dans un contexte où ceux qui s'alimentent sans réflexion cautionnent une industrie agroalimentaire dangereuse pour la santé, et où ceux qui prétendent réfléchir se contentent souvent d'une bonne conscience biovégétarienne. La réalité est évidemment plus sophistiquée et profonde.



Retour au menu